Contenu principal

Message d'alerte

Pauvreté

  • Anne RISSEL : Mon combat pour trouver un emploi et ne pas me retrouver à la rue et retrouver ma dignité...

    Anne RISSEL  Mon combat pour trouver un emploi et ne pas me retrouver à la rue et retrouver ma dignité b4a81Anne mobilise l'opinion autour d'une loi injuste la plongeant dans la précarité. Anne est déficiente visuelle depuis l'enfance. Aujourd'hui adulte, elle fait face à des soucis indirectement liés à sa condition et se retrouve prise à la gorge par une loi qui mène actuellement sa vie au désastre. Dans cette tribune libre, elle ne demande pas à ce qu'on retire l'impôt sur les grandes fortunes, bien loin de là. Elle demande à pouvoir cumuler deux petits pécules qui représentent ses seules ressources : l'AAH et l'ASS pour les personnes ayant épuisé en intégralité leurs allocations chômage. Elle souhaite s'exprimer sur ce sujet et tenter de mobiliser d'autres personnes handicapées à qui on retire ce droit au cumul.

  • Enquête APF IFOP : Conditions de vie, aspirations et intentions de vote de personnes handicapées

    Graphisme de l enquete IFOP APF sur les objectifs et ou mesure prioritairesÀ J-35 du premier tour des élections présidentielles alors que très peu de candidats ont parlé du handicap et ont fait de véritables propositions, à peine ont-ils abordé le sujet comme Jean-Luc MELANCHON, Marine Le Pen ou François FILLION. Mais qu’en pensent les électeurs en situation de handicap ou leurs familles ? Quelles sont leurs priorités ? C’est les questions qu’a posées cette enquête réalisée par l’institut IFOP et l’APF. Une population qui reflète un sentiment national celui d’un sentiment de méfiance envers les politiques.

  • Habitat, Pauvreté, Exclusion, Handicap : L'Abbé Pierre « Une vie de combats »

    affiche film une vie de combat 839f2Mort il y a dix ans, le 22 janvier 2007, à l'âge de 94 ans. Henri Grouès, il aura prit le nom d’Abbé Pierre. Un nom qui aura marqué l’histoire de France. A la fois résistant, moine, député, il aura finit sa vie en s’engageant auprès des plus faibles, après un appel qui l’aura rendu célèbre celui de l’hiver 54. Puis quelques années plus avec la création d'Emmaüs aujourd’hui présente dans le monde entier. Sortie le 8 novembre prochain, le film d’un budget de 15 M€ il retrace la vie d’un homme qui aura eu mille combats au profit des plus exclus y compris sur le handicap. Un film réalisé formidable réalisé par Frédéric TELLIER et dans le rôle de l’Abbé Pierre l’acteur Benjamin LAVERNHE, et celle qui aura suivit tous vie ce dernier Lucie COUTAZ et jouer par Emmanuelle BERCOT.

  • Handicap et le "scandale de la pauvreté", Emmanuel Macron se mobilise ?

    Manifestation du collectif Ni Pauvre Ni Soumis a Toulouse en 2010 exprimant leurs ras bol face a la pauvreté des personnes en situation de handicapLe 13 septembre dernier, Emmanuel MACRON a officiellement "déclaré la guerre", en présentant son plan voué à limiter, voire à éradiquer la précarité. Il a clamé haut et fort, vouloir "lancer un combat neuf"... pour "ne plus oublier personne". Cette révélation, après avoir été dépeint comme "le président des riches", a peut-être pour but de donner corps à son souhait de renouer avec le reste des Français. Il est apparu ce jour comme un éventuel « président des pauvres ». Et pour ce qui concerne les classes moyennes ? Chaque chose en son temps...

  • L’APAJH réclame en priorité des actes plutôt que de vague promesses concernant la lutte contre pauvreté

    Le Chef de lEtat lors de la presentation de la Strategie de prevention et de lutte contre la pauvrete le 13 septembre 2018L’APAJH et son président qui a tenu une conférence de presse le 6 septembre dernier aura été le premier parmi les associations représentant les personnes handicapées à réagir, sur la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté présentée ce 13 septembre par le président de la république Emmanuel MACRON. Une réaction qui laisse entrevoir celle des autres faces a un constat pour les personnes handicapées dont plus d’un million de bénéficiaire de l’AAH vivent toujours en dessous du seuil de pauvreté.

  • L’ARS Ile de France et l’AREFIE s’allient pour renforcer l’accompagnement des jeunes en matière de santé mentale

    Signature convention entre l'ars Ile-de-France et l'arefie s'allient pour renforcer l'accompagnement des jeunes en matière de santé mentale en hauts de France b5291A moins de quinze de la semaine européenne de l’emploi des personnes handicapées et des DuoDay placé sous le thème du numérique. L’agence régionale de santé (ARS) et l’association régionale des élus pour la formation, l’insertion et l’emploi (AREFIE) s’allient pour renforcer l’accompagnement des jeunes en matière de santé mentale en Hauts-de-France. Selon les récentes études de Santé publique France (SPF) publié en février 2023, 1 jeune sur 5 souffre de troubles dépressifs. Cela confirme l’urgence de renforcer la prévention et l’accompagnement en matière de santé mentale.

  • La DREES publie un panorama complet sur les dispositifs des « Minima sociaux et prestations sociales »

    Couverture partielle de la nouvelle edition 2018 minima sociaux et prestations sociales publiee par la DREESLa Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie « Minima sociaux et prestations sociales 2018 ». Cet ouvrage de référence offre un panorama complet des différents dispositifs permettant d’assurer la redistribution en faveur des ménages les plus modestes. L’édition 2018 propose des études sur les conditions de vie et de logement, l’emploi, l’accompagnement et l’insertion, les revenus, la santé et les trajectoires des bénéficiaires de minima sociaux. L’ouvrage présente, en outre, les barèmes en vigueur à ce jour et des données statistiques recueillies jusqu’en 2016.

  • Le Président Emmanuelle MACRON présente la stratégie contre la pauvreté, et handicap dans celui-ci ?

    Le President Emmanuel MACRON presentant la strategie de prevention et de la lutte contre la pauvreteLe président de la République a présenté ce 13 septembre au Musée de l'Homme à Paris sa politique relative à la prévention et à la lutte contre la pauvreté d’un montant de 8.5Mds€ sur quatre ans comptant cinq objectifs. Équivalent ainsi à moins de 1000€ par personne pour les 8.8 millions de Français vivant sous le seuil de pauvreté. Emmanuel MACRON qui dans un discours de près 1 h 30 aura surtout tenté de gommer l’image d’un « président des riches », appelant « toutes les forces de la Nation à se mobiliser ».

  • Les Français, de plus en plus sensibles aux inégalités de revenus, s’opposent à la baisse des prestations sociales

    Des retraités dans la rue en septembre 2018 protestant contre les inégalités sociales 70058Alors que la France connaît depuis cinq mois un mouvement social d’ampleur nationale, le plus important depuis mai 1968 qui a obligé les politiques à réfléchir à nouveau sur la solidarité et la politique sociale. Le chantier reste ouvert et les Français attendent maintenant les déclarations d’Emmanuel MACRON venant clôturer le Grand Débat nationale. Des Français qui souhaitent voir leur pouvoir d’achat progresser et qui selon le dernier baromètre de la DREES, réalisé du 15 octobre au 1er décembre 2018* et qui sont « de plus en plus sensibles aux inégalités de revenus et s’opposent à la baisse des prestations sociales ».

  • Minima sociaux : revalorisation de l’AAH pour le 1er avril 2024 pour les pensions d’invalidité le doute persiste !

    Façade de la caisse d'allocation familiale de Toulouse en Haute-Garonne 7fe40Comme c’est le cas chaque année la revalorisation, en fonction de l'inflation, des minima sociaux (RSA, prime d'activité, allocations familiales…), et donc de l'Allocation adulte handicapé (AAH). Une revalorisation pour faire face à ladite inflation dont le montant montant aujourd’hui et de 971,37 €. Mais quand sera-t-il pour les pensions d’invalidité. Un montant variable puisque calculer en fonction des dix meilleures années. Feront-il partie également des bénéficiaires ? Cela ne semble pas encore certains.

  • Politique familiale : destiné à soutenir en priorité les familles modestes pour un français sur deux selon la DREES

    Graphisme les familles à aider en priorité selon les français 909e2Elle demeure une politique essentielle aux yeux des français. Une vision et un droit que la crise des gilets jaune avait aussi mise en avant. Une enquête publiée par la DREES(1) vient confirmer un sentiment ressenti en 2015 par deux chercheuses du Crédoc pour lequel la politique familiale devait servir en priorité a lutté contre la pauvreté et non la natalité. Selon la DREES, 48 % des personnes interrogées jugent que ce sont les familles les plus modestes qu’il faut aider en priorité et les familles concernés par le handicap sont évidemment prise en compte. Des dépenses qui en 2017, représentent un quart des dépenses publiques du risque famille soit 12,6 Mds.