Contenu principal

Message d'alerte

Un jeune garçon non voyant accompagné par ses proches pour ce rendre a l'école (illustration) c9f88Les parents d'un enfant handicapé, et majoritairement les mères, vivent plus fréquemment seules et se trouvent dans une situation moins favorable sur le marché du travail que les autres familles, ce qui les conduit à une plus grande précarité, révèle une étude de la DREES. Des "ménages" bénéficiant de l’AEEH qui dans 30 % sont souvent des familles monoparentales (neuf fois sur dix il s'agit de mères avec leurs enfants), soit 7 points de plus que les autres ménages avec enfant de moins de 20 ans.

Remise virtuel du rapport pour Philippe Denormandie a Sophie cluzel et à Brigitte Bourguignon b986dAprès avoir été missionné une première fois en 2019 et rendu un rapport sur l’accès au soins pour les personnes en situation de handicap en 2019. Philippe DENORMANDIE avec Cécile CHEVALIER ont remis à Brigitte BOURGUIGNON, Ministre déléguée auprès du Ministre des Solidarités et de la Santé chargée de l’Autonomie et Sophie CLUZEL, Secrétaire d’Etat chargée des Personnes Handicapées. Un second rapport sur l’aide techniques pour l'autonomie des personnes handicapées ou âgées : une reforme structurelle indispensable. Des recommandations censé améliorer le recours aux aides techniques, à travers un accompagnement renforcé des personnes et des professionnels de santé, des dispositifs de financement simplifiés et mieux adaptés, et un accès plus direct à l’innovation.

Quatre minima sociaux représentent 95 % des allocataires 756eaFin 2017, 4,22 millions de personnes sont allocataires d'un minimum social. En incluant les conjoints et les enfants à charge, 7 millions de personnes sont couvertes par les minima sociaux, soit 11 % de la population. Le nombre d'allocataires est stable en 2017 (+0,1 % en un an), alors qu'en 2016 il avait diminué pour la première fois depuis la crise de 2008 (-1,3 %). En particulier, la baisse des effectifs du RSA est bien moindre en 2017 (-0,5 %) qu'en 2016 (-4,3 %). Au total, 26,5 milliards d'euros sont versés au titre des minima sociaux en 2017 (1,2 % du PIB). Ces dépenses sont stables par rapport à 2016 (+0,2 %). Des données réunies dans un ouvrage publié par la DREES sous la direction de Pierre-Yves CABANNES et Lucile RICHET-MASTAIN.

Graphisme les familles à aider en priorité selon les français 909e2Elle demeure une politique essentielle aux yeux des français. Une vision et un droit que la crise des gilets jaune avait aussi mise en avant. Une enquête publiée par la DREES(1) vient confirmer un sentiment ressenti en 2015 par deux chercheuses du Crédoc pour lequel la politique familiale devait servir en priorité a lutté contre la pauvreté et non la natalité. Selon la DREES, 48 % des personnes interrogées jugent que ce sont les familles les plus modestes qu’il faut aider en priorité et les familles concernés par le handicap sont évidemment prise en compte. Des dépenses qui en 2017, représentent un quart des dépenses publiques du risque famille soit 12,6 Mds.

Graphisme sur le taux de disparités des taux de chirurgie ambulatoire départementaux en 2008 et 2016 14051Encouragée par les pouvoirs publics et facilitée par les avancées technologiques, la pratique de la chirurgie ambulatoire – également appelée « hospitalisation de jour sans nuitée » – progresse : le taux de chirurgie ambulatoire est ainsi passé de 38 % en 2008 à 54 % en 2016. L'analyse d'impact des incitations tarifaires et de la procédure de mise sous accord préalable introduites à partir de 2009 montre selon une récente étude de la DREES que pour de nombreuses pathologies visées, les hôpitaux publics ont augmenté la prise en charge en ambulatoire à la suite des mesures. La chirurgie ambulatoire qui progresse ayant passé de 38 % en 2008 à 54 % en 2016 (chiffres ATIH) et représente en 2016 plus de 6.3 millions de séjours. En 2017, un peu moins des deux tiers des séjours de chirurgie ambulatoire sont réalisés dans les cliniques privées.