Skip to main content

Trois stagiaires inculpés pour violence en réunion à cause vidéo de maltraitance dans une maison de retraite

La Maison de retraite Le chateau de Louche en Seine et Marne lieu de l agression par les trois jeune filleQualifié dimanche « d'actes graves » par la secrétaire d'État en charge des personnes âgées Laurence ROSSIGNOL. Trois jeunes âgées de 16 et 17 ans commencés cinq jours plutôt et qui ont violenté des résidents atteints de la maladie de « type Alzheimer » et en situation de handicap et posté leurs vidéos sur un réseau social dans une maison de retraite de Seine-et-Marne "Le château de Louche". Une situation qui provoquée la colère des associations, qui ont-elles dénoncées « comme un manque d'encadrement ».

 

Un homme condamné à 12 ans de réclusion pour avoir défenestré son père handicapé

La Cour d'assise de Strasbourg au sein du palais de JusticeDes familles abandonnées, voilà ce que représente avant tout cette triste histoire au sein de ce foyer. Celle d'un homme qui le 26 octobre 2013, aura roué de coups et défenestré du premier étage de sa maison mortellement son père, à Reitwiller, au nord de Strasbourg, car il affirmait ne plus supporter ce sexagénaire lourdement handicapé. La victime, Jean-Claude KILAR, 67 ans, était décédée peu après des suites de ses blessures.

Deux ans de prison pour l’incendie de l'hôtel Paris Opéra, les familles crient à l’injustice !

Cour interieur de l hotel Paris_Opera a Paris la nuit de l_incendieLa Cour d'appel de Paris, aura donc suivi les réquisitions de l'avocat général, contre l'auteur de l'incendie en 2005 d'un des plus meurtriers de la capitale qui avait provoqué la mort 24 personnes et les nombreuses victimes a jamais handicapées. « La justice a dit le droit des accusés, pas celui des victimes », a regretté Aomar IKHLEF, président de l'association des victimes. « Mme Fatima TARHOUR ne fera pas de prison, elle a gagné. Elle endeuillé plusieurs personnes, sans compter les handicapés, et la cour d'appel lui a donné raison », a-t-il déploré.

Deux responsables mises en examen un an après la défenestration d'une écolière trisomique

L ecole du Sacre_Coeur situe a Perigueux ou c'est deroule le drame le 8 janvier 2015Un an après la mort de la petite Laly une jeune trisomique de huit ans, d'une hauteur de 5 mètres, le 8 janvier 2015, défenestrée de son école à Périgueux par un camarade. La directrice de l'école privée du Sacré Coeur et la référente de l'Aide sociale à l'enfance (ASE), chargée du suivi éducatif du garçon ont été mises en examen à Angoulême pour "homicide involontaire", a indiqué à l'avocat de la famille de la victime Me Pierre Daniel-Lamazière.

Une famille saisies les tribunaux concernant le droit de conserver le sang du cordon de son enfant

Faut il oui ou non conserver les cellules souches que contien le cordons du bebeAlors que la science met de plus en plus l'intérêt des cellules souches sanguines comme celle contenue dans le cordon ombilical, susceptibles de traiter diverses maladies, le débat sur le droit de conservation vient lui d'être relancé. Un droit qui appartient à l'enfant et lui nier ce droit est contraire à la Constitution, soutient l'avocat d'une famille devant la justice. Ce dernier affirmant avoir déposé devant la justice une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) pour défendre ce droit de l'enfant.

Une bataille sans fin : Les établissements du Colombier de nouveau sous la responsabilité de L’ADAPT ?

IME Jacques MAREAUXUne nouvelle fois les salariés des neuf établissements médico-sociaux gérés par l'association Le Colombier, vont changer de main ! Une situation auquel ces derniers veulent plus ont disent « Stop ». Un nouvel épisode et ce pour la 3e fois en moins de six ans pour ces établissements accueillant environ 600 personnes en situation de handicap et qui avait débuté en 2009 après l'effondrement de l'association et le choix de la préfecture et le conseil départemental de confier les structures du Colombier à une autre association en l'occurrence l'ADAPT.

Un aveugle fiché S d’origine arménienne vivant a Avignon maintenue assignation à résidence

Entree solennel du tribunal de Nimes dans le GardLe tribunal administratif de Nîmes a confirmé ce 17 décembre 2015, l'assignation à résidence d'un Avignonnais aveugle fiché S, suspecté d'être un "soutien logistique dans le milieu de l'islam radical", a-t-on appris auprès du greffe. « Une erreur manifeste d'appréciation » pour l'avocat du jeune homme. David M. aveugle âgé de 21 ans, il a été interpellé dans la nuit les 15 et 16 novembres derniers, lors d'une perquisition administrative à son domicile, dans un des quartiers populaires de la ville.