Contenu principal

Message d'alerte

Un couloir de l’hôpital du CHU de Purpan à Toulouse en Haute-GaronneComme souvent les plus fragiles et souvent défavorisé sont plus que jamais les personnes les plus concernées par les difficultés d’accéder aux soins. Un constat connu de tous y comprit des politiques, mais lequel les mesures pratiques restent peu nombreuses. C’est ce constat qui est à l’origine du service Handisoins 44 qui a vu le jour en septembre en Loire-Atlantique, avec l’objectif d’orienter tout patient concerné vers les professionnels de santé qualifiés.

Agnès Buzyn présentant le PLFSS 2018 le 28 septembre 2017Revenant sur un entretien au Journal du Dimanche à l’occasion des débats parlementaires sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018, de la ministre de la Santé. Dans lequel elle évoque notamment ses réformes structurelles prioritaires pour réduire de 3 Mds€ le déficit de la Sécurité sociale. « Une volonté de réformes structurelles indispensable, mais peu adaptée à une à une réduction en terme de déficit pour le collectif.

Des tubes de la Depakine Chrono du Laboratoire Sanofi.Suite à la question au gouvernement posée par le député de la Somme François RUFFIN de la France Insoumise le 11 octobre 2017 lors des questions au gouvernement au sujet des relations entre le laboratoire Sanofi et des membres du gouvernement et surtout sur la question de l’indemnisation des victimes de la Dépakine. l’APESAC et sa Présidente Marine MARTIN à fait part de son indignation quant à la réponse donnée par Édouard Philippe, premier ministre notamment sur les montants destinés aux familles prévus dans le PLFSS 2018.

 

Fondation Saint Jean de Dieu création en 2018 d'une maison du répit pour les famillesLa première maison de week-end et de vacances pour enfants et jeunes Parisiens en situation de handicap ouvrira le 12 janvier 2018 à Paris, dans le 15e arrondissement, au Centre médico-social Lecourbe de la Fondation Saint-Jean de Dieu. Une Fondation qui depuis sa création en 1858 fait partie des pionniers dans l’innovation et l’adaptation de l’accompagnement de personnes en situation de handicap. Un projet qui souhaite par son accueil soutenir les familles et apporter soutien et réconfort aux aidants à travers leurs enfants ou adolescents handicapés dont ils ont la charge.

Les nouveau visages a la tête de Fédération des Prestataires de Santé à Domicile PSADLe 4 octobre 2017, Charles-Henri DES VILLETTES a été élu dans le cadre de l’assemblée générale Fédération des Prestataires de Santé à Domicile (PSAD) en remplacement d’Olivier LEBOUCHE, comme président, avec pour la secondé Alexandra DUVAUCHELLE qui elle nommée, quant à elle, Déléguée générale. Une jeune fédération créée en 2013 avec le regroupement de deux syndicats le Synalam et la Synapasd qui regroupe aujourd’hui 130 prestataires de santé a domicile acommpagnant 1.5 millions de patients.

Les quatre étapes de l'implantation du nouveau système de prothèse mitrale réalisé par le CHU de ToulouseLes équipes médico-chirurgicales du CHU de Toulouse, conduites par le Professeur Bertrand MARCHEIX et le Dr THIBAULT LHERMUSIER en collaboration avec la start-up française HighLifeont réussie la première implantation en France de la valve mitrale HighLife, délivrée par voie trans-cathéter à coeur battant. Des implants HighLife remplacent la valve mitrale native sans recourir à une chirurgie à coeur ouvert, constituant ainsi un espoir pour les patients souffrant d’insuffisance mitrale dont l’état de santé ne permet pas une intervention chirurgicale.

Une chambre d’hôpital a Toulouse au CHU de Purpan

A la veille de la présentation du projet de loi de la Sécurité sociale en conseil des ministres ce 28 septembre, certaines mesures sont déjà connues afin de réduire le déficit qui atteint 3.6Mds €. Parmi celles-ci de l’augmentation du forfait hospitalier. Une solution dont le CISS et les associations de santé dénoncent « un choix loin d'être solidaires » au travers d’une augmentation des mutuelles, « dont les tarifs ne dépendent pas des ressources (…) contrairement aux cotisations à la Sécurité sociale, proportionnelles aux revenus de chacun ». Une solution, que celles-ci considèrent comme une « punition pour les malades ».