Skip to main content

Contrôler le flux des ventes d’armes, un traité fondateur pour la paix dans le monde

Rédigé le 26 Janvier 2015

Voeux a la presse Ministre Affaires Etrangere FrancaiseContrôler le flux des ventes d’armes est devenu réalité. Alors que de nombreuses personnes ont été victimes des trafics d'armes, la France a été l’un des moteurs dans la négociation de ce traité qui a été adopté à l’Assemblée des Nations-Unies et entré en vigueur le 24 décembre dernier. À l’occasion des vœux à la presse ce lundi au Quai d’Orsay, le ministre des Affaires Étrangères et du Développement International, Laurent Fabius, a rappelé sa volonté forte de rendre ce traité universelle.

Le parti de gauche appel a de véritable assise du handicap et a une politique volontariste

Rédigé le 12 Décembre 2014

Les co presidents du Parti de gaucheAu lendemain de la conférence nationale du handicap le Parti de gauche, s'il ne remet pas en cause l’existence d’une telle réunion pour l’instant trisannuelle, ou ont été abordé les questions d’accessibilité, d'emploi et d'éducation. Il estime que la thématique du handicap ne peut pas se résumer qu'à cela et regrette l’absence de grand sujet comme le pouvoir d’achat ou encore la question des polyhandicapées. « Grand absent de ces assises. Il est temps d'œuvrer à une véritable prise en charge de toutes les personnes en situation de handicap », précise t-il dans un communiqué.

Traité de Marrakech : la ratification ne peut plus attendre pour l’euro-député Europe Ecologie Les-Verts

Rédigé le 2 Décembre 2014

Pascal Durand Euro depute d europe ecologie les vertA la veille de la journée mondiale des personnes en situation de handicap, Pascal DURAND et les écologistes européens montent au créneau pour demander une ratification (qui tarde) du traité facilitant l’accès aux livres pour les personnes malvoyantes. Les États européens trainent des pieds alors que la "famine du livre" prive des dizaines de millions d’aveugles en Europe et dans le monde. En Europe, plus de 95 % des livres publiés ne sont pas disponibles dans des formats accessibles pour les malvoyants.

Valérie Pécresse, Frédéric Bouscarle dénoncent un Gouvernement qui sacrifie l’emploi des personnes handicapées

Rédigé le 21 Novembre 2014

Valerie PECRESSE et Frederic BOUSCARLESuite au vote du budget à l’Assemblée nationale, Valérie PECRESSE, députée des Yvelines et présidente du groupe UMP au Conseil régional d’Ile-de-France, et Frédéric BOUSCARLE, présidents de l’association Handipop et conseiller municipal du 10e arrondissement de Paris, dénoncent l’hypocrisie du Gouvernement qui d’un côté explique vouloir « gagner la bataille pour l’emploi », et qui d’un autre côté, ponctionne de près de 60 millions d’euros les budgets de l’AGEFIPH et de la FIPHFP, deux organismes qui œuvrent en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap.

Laurent LARCHER, élu président du Sénat pour la seconde fois, entre rassemblement et compromis !!!

Rédigé le 1 Octobre 2014

Gerard Larcher elu mercredi president du SenatAlors que ce dimanche, 178 des 348 sénateurs sont renouvelés, la gauche a connu une nouvelle défaite face à la droite UMP- UDI-UC, disposant d’une majorité absolue de 188 sièges. La véritable bataille a eu lieu aujourd’hui pour le plateau, que vient de remporter Laurent LARCHER, avec une majorité absolue de 194 voix sur 337 suffrages exprimés grâce au désistement du candidat centriste François ZOCCHETTO. Le candidat socialiste Didier GUILLAUME ayant lui obtenu au deuxième tour 124 voix, la communiste Éliane ASSASSI, 18 voix, seule femme candidate.

Un vote qui met fin de l’intermède socialiste présidé par Jean-Pierre BEL, qui n’aura duré que trois ans et pour lequel Gérard LARCHER qui retrouve ainsi un poste qu’il avait occupé de 2008 à 2011. 

Un président du Sénat qui est le deuxième personnage de la République, dans la mesure où il assure l'intérim du chef de l'État en cas de vacance ou d'empêchement. « Il faut donner au Sénat plus de force, plus de voix, montrer que le bicamérisme est indispensable à l'équilibre de nos institutions », a déclaré Gérard LARCHER à l'issue de son élection.

Gérard LARCHER qui a également promis une « opposition constructive avec comme boussole l'intérêt du pays ». L'examen à l'automne de la réforme territoriale dans ses deux volets (carte des régions et compétences des collectivités) sera le premier vrai test de l'attitude de la nouvelle majorité, vent debout contre cette réforme pendant la campagne des sénatoriales.

Une gauche en recule

Si on ne peut véritablement attribuer comme un échec supplémentaire a François HOLLANDE ou a son gouvernement, reste qu’il s’agit là d’un fruit du choix des électeurs lors des précédentes élections municipales et qui pourrait se confirmer en 2015 lors des élections départementale et régionale. Seule consolation « il n'y a pas de vague bleue », selon le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis, dont le camp « résiste ».

La droite en tête avec pour l'UDI et l'UMP comptent désormais, 187 sièges, soit 26 de plus que lors du précédent scrutin, et une majorité de 11 sièges, un peu plus large que celle dont disposait la gauche depuis trois ans.

La gauche qui recule dans cette troisième défaite électorale en six mois pour la gauche au pouvoir, après les municipales de mars et les Européennes de mai. Petite consolation, selon le patron du PS Jean-Christophe CAMBADELIS, « il n'y a pas de vague bleue dont le camp "résiste".

Une première sous la Ve république

Si la droite remporte ses sénatoriales, le vainqueur en t-il vraiment celui que l’on croit ? Peut-être pas. En effet l’entrée de deux sénateurs de l’extrême droite au palais du Luxembourg semble faire le buzz sur internet et dans les médias. Et pour preuve, avec un mode de scrutin que pourrait imaginer lui être favorable notamment a la proportionnelle, le type d’électeur des conseillers municipaux a 95 % l’empêcher depuis longtemps d’espérer un siège.

Ceux qui affirmer hier que leurs entrées était impossible et qui affirment aujourd’hui que leurs poids n’auront que peut de valeur se trompent une fois de plus. Deux nouveaux sénateurs David RACHLINE dans le Var et Stéphane RAVIER, dans les Bouches-du-Rhône également maire du 7e arrondissement de Marseille.

Une élection que Marine Le Pen qui s'est félicitée "d'une victoire historique" de son parti. Soyons réaliste des conseillers municipaux souvent sans étiquette, parfois du centre droit ou de la droite et peut de gauche ont manifestement voté pour eux et leurs permettre d’obtenir le score atteint dimanche dernier.

Stéphane LAGOUTIÉRE

L’UMP dénonce l’absence de plusieurs milliers d’enfants handicapés pour la rentrée 2014

Rédigé le 5 Septembre 2014

Handicap ScolaireAu lendemain de la rentrée 2014-2015, Frédéric BOUSCARLE, en charge des questions du handicap au sein de l’UMP, et élu du 10e arrondissement de Paris, dénonçe dans un communiqué l’absence de plus de 7000 enfants qui n’auront pas selon lui une place dans les établissements ordinaires, adaptés ou médicalisés. Une réalité toujours même si elle n’a eu de cesse de diminuer il était en effet 13 000 a la rentrée 2010

Le secrétaire national de l’UMP en charge du Handicap et Président fondateur de HANDI POP qui souligne la gravité de cette situation « est une atteinte aux droits fondamentaux, elle est contraire à la loi du 11 février 2005 « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, et à la Convention des Nations Unies relatives aux personnes handicapées, ratifiée par la France en 2010 ».

Celui-ci précisant que la souffrance dans lequel ces familles sont aujourd’hui avec des enfants contraint à rester à domicile. Une situation qui comme n’ont le cesse de l’affirmer les associations elles-mêmes ont des répercussions néfastes sur leur développement, leur intégration et leur épanouissement. Des parents parfois obligés pour l’un d’eux d’arrêter leurs activités professionnelles pour s’occuper de leurs enfants.

Quel est donc le bilan du Gouvernement sur ce sujet si important ?

Telle est la question que pose, Frédéric BOUSCARLE, qui revient sur la politique du gouvernement entre 2007 et 2012 et par selon lui, « le volontarisme de Nicolas Sarkozy », soulignant que « 21 000 places furent créées, mais depuis que la gauche est au pouvoir nous n'avons reçu à ce jour aucun chiffre sur le nombre de places créées. Les associations représentatives des personnes en situation de handicap ne cessent de donner l'alerte ! (…) Pourquoi oublie-t-il les enfants handicapés ? »

Revenant sur la nouvelle réforme des rythmes scolaire, « elle pose le problème de la prise en charge des élèves handicapés lors des activités périscolaires. En effet, le dispositif relatif aux accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH), ne permet pas l'accompagnement des élèves sur le temps périscolaire. De nombreux enfants ne pourront pas participer aux activités proposées par les Mairies ! Pourquoi la nouvelle Ministre de l'Éducation, Mme Najat Vallaud-Belkacem ne réagit-elle pas ? » conclut-il.

Le président de HANDI POP’ qui appelle dans son communiqué « le gouvernement à se mobiliser, à cesser d'ignorer la réalité, de mettre en place un véritable plan d'urgence qui permettra un accès à l'école pour chaque enfant en situation de handicap et un accompagnement sur le temps périscolaire. Il est temps d'arrêter l'immobilisme, les faux semblants et de se préoccuper véritablement des besoins de nos concitoyens ! » Et de conclure que « Le droit à l'éducation est un droit fondamental et indispensable à l'exercice de tous les autres droits de l'homme ! »

Une réelle volonté ?

Reste que si l’action du gouvernement a permis certaines améliorations, celle-ci a été loin de résoudre et d’apporter une réponse concrète à la question de l’inclusion de l’enfant en situation de handicap entre 2007 et 2012. Luc CHATEL lui-même qui avait affirmé partager, les préoccupations de l’Unapei, mais n’est pas en mesure de prendre les décisions qui s’imposent le 14 avril 2011.

En 2011, l’Unapei avait notamment précisé que « l’école ne s’adapte toujours pas à l’accueil des élèves handicapés comme en témoigne l’insuffisance croissante de matériel pédagogique adapté au sein des écoles et de formation des enseignants aux différents handicaps. 87% des professeurs d’école reconnaissent avoir besoin d’une formation au handicap ». Rappelons que 9% des enfants handicapés bénéficié en 2011, d’un temps partagé. Des chiffres confirmés par le MEN qui rappelait que 201 406 élèves handicapés avaient été scolarisés en milieu ordinaire en 2010 contre 187 000 en 2009.

Un gouvernement qui entre 2007 et 2012 aura certes permis la réponse a quelques préoccupations momentanées des familles, mais loin de répondre a long terme et d’apporter des solutions concrets. Une situation que semble reproduire le gouvernent actuelle se voilant la face sur des questions économiques, budgétaires, mais ou est passé la priorité de la jeunesse de François HOLLANDE, à moins qu’elle ne soit sélective ?

Stéphane LAGOUTIÉRE

Le premier ministre, Manuel VALLS confronté au frondeur pour un vote de confiance

Rédigé le 3 Septembre 2014

Manuel Valls Assemblee nationaleAu lendemain des universités d’été ou le 1er ministre a connu une certaine méfiance et hostilités, le chef du gouvernement devra faire face le 16 septembre prochain à sa majorité. Matignion qui ne souhaite ne pas retarder ce rendez-vous politique et annoncer que le gouvernement.

Une décision prise lors du conseil des ministres réunit ce matin 3 septembre. Cet engagement-test du gouvernement Valls II, formé le 26 août, aura donc lieu pendant la session extraordinaire du Parlement, qui s'ouvrira le 9 septembre. Le chef de l’État, François HOLLANDE, qui répondra aux questions des journalistes le même jour.

Un gouvernement déjà fragilisé ?

Huit jours après la nomination de gouvernement Valls II, formé le 26 août, provoqué par une crise gouvernementale qui a conduit à l'éviction du ministre de l'Économie Arnaud MONTEBOURG et les départs de Benoît HAMON et d'Aurélie FILIPPETTI. Un premier ministre qui espère par ce geste établir sa légitimité contestée par une frange "frondeuse" du PS.

Un gouvernement qui ne cesse de voir sa popularité dans les sondages et que le soutien donner aux frondeurs, par Christine TAUBIRA reconduite dans ses fonctions de Gardes des seaux a fragilisé a nouveau alors que le premier ministre joue la solidité du gouvernement, c'est-à-dire à l'Assemblée ?

Il reste que les déclarations du ministre des fiances sur les 35 h et celle des ministres du Travail, sur le contrôle des chômeurs ou encore la remise en cause de la loi sur le logement, le 1er septembre dernier, n’a de cesse d’abimer l’image de solidité que ce nouveau gouvernement souhaite donner.

Un vote difficile, mais peu risqué !

Avec une majorité située a 289, les socialistes détiennent 290 des 577 sièges, se situé juste au-dessus de la majorité absolue. Face à l'opposition de l'UMP, de l'UDI et du Front de gauche et les 2 voix du Front national, les résultats des votes dépendent de la façon dont frondeurs, écologistes et radicaux de gauche se répartissent entre votes pour, contre, et abstentions.

Lors de la confiance au gouvernement VALLS I (306 voix pour et 239 contre), en avril, aucun socialiste, radical de gauche ou écologiste (à une exception) n'avait voté contre, mais six écologistes, trois radicaux et onze députés PS, de l'aile gauche du parti, s'étaient abstenus.

Si les frondeurs excluent toujours de voter contre, ils devraient être cette fois plus nombreux à s'abstenir. Mais comme seuls sont pris en compte les suffrages exprimés, et non les abstentions, l'examen devrait être réussi pour le premier ministre.

Une gestion difficile des prochaines semaines...

Premier Conseil des ministres VALLS IILes vraies difficultés commenceront avec les budgets 2015 de l'État et de la Sécurité sociale et le projet de loi sur la croissance, et en particulier l'autorisation de légiférer par ordonnances sur le travail du dimanche.

Confirmée par Matignon vendredi, l'intention de recourir à cette procédure limitant le débat sur les textes parlementaires est là encore un signe que "Valls 2" veut accélérer le rythme des réformes.

Mais l'exécutif a déjà baissé un peu la hauteur de la haie budgétaire, mardi soir: l'objectif gouvernemental des 21 milliards d'euros d'économies pour 2015, pourtant confirmé par M. VALLS pas plus tard que mercredi dernier devant le MEDEF, a été revu à la baisse mardi.

La Rédaction